L’allégorie de la discothèque

février 12, 2008 at 10:39 (Et c'est parti pour le show) (, , , , )

Draguer en boîte, c’est un peu le fast food de la séduction…

discowhitenight1.jpg

c’est pas très précis et c’est surtout très rapide. Pour ce faire, pas besoin d’être Casanovette : un regard (langoureux le regard !), un sourire, un frôlement des corps (oh yes !), re-un regard (histoire d’être bien sûr) et hop emballé c’est pesé, vous voilà avec un beau mâle qui vous bavotte dans la bouche…

Le seul problème avec les rencontres faites en boîtes, c’est que généralement elles se terminent soit à la sortie de ladite boîte pour celles qui font les sages, soit le lendemain matin/midi pour celles qui avaient vraiment envie de sexe.

Cependant, la technique utilisée est en réalité la même que celle à appliquer aux situations courantes… en slow motion et généralement avec le son

Je m’explique, la première chose des premières choses importantes quand vous voulez draguer, c’est le regard.

Ca paraît évident, là comme ça, mais il me semble quand même judicieux de le rappeler.

Dans la rue, dans le métro, dans le parc, dans une grande surface, chez le coiffeur, chez le médecin, au restaurant, dans un bar, bref, où que vous soyez, regardez les gens ! Oui, il va falloir arrêter de faire les pétasses, je sais, c’est terrible…

Rien ne sert cependant de fixer toute personne croisée. Ca met tout le monde mal à aise et c’est dès lors très fâcheux pour la dragueuse en action. Mais regardez ces messieurs, premièrement pour voir s’il est à votre goût, deuxièmement pour voir s’il vous regarde et troisièmement pour voir s’il vous sourit.

Si c’est le cas, c’est là qu’intervient l’œillade de biche.

J’en conviens, c’est la première phase périlleuse de l’exercice : soit l’œillade est réussie et on peut passer à la case suivante, soit l’œillade merdouille et a une tendance cruchotte, bardaffe, c’est l’embardée, n’espérez plus rien du beau mâle ténébreux…

La case suivante, c’est le sourire qui répond à l’œillade de biche susmentionnée (si le mec baisse les yeux et regarde ces chaussures, rien n’est perdu, mais on va faire simple, hein…).

Deux possibilités : le sourire poli-mais-je-passe-mon-chemin (peeeeeeerdu…) ou alors le sourire jackpot pepsodent qui dit « je vous emmènerais bien boire un verre mademoiselle ».

Le tout est d’ensuite enclencher la conversation, de trouver le bon moment pour lui effleurer le bras ou la main, de prendre un air grave et de l’embrasser à pleine bouche.

Le tout est d’ensuite enclencher la conversation, de trouver le bon moment pour lui effleurer le bras ou la main, de prendre un air grave et de l’embrasser à pleine bouche

C’est là que vous intervenez, d’après vous, quelle est la meilleure stratégie?

Permalien Un commentaire