Chaaaaaargez!

mars 31, 2008 at 9:41 (Et c'est parti pour le show, Oups I did it again) (, , , )

Tu sais, le « marché des célibataires bruxellois », c’est un peu comme un champ de bataille de la troisième guerre mondiale.

« Guerre », parce que c’est franchement galère, et « mondiale », parce qu’il y a plein de nationalités en lice!

Pourtant, quand tu dis ça aux gens, ben ils y croient pas.

Puis comme ils sont gentils ils te disent « mais c’est pas possible que tu sois célibataire depuis si longtemps ».

Tu vois, ils sont gentils!

Sauf que généralement ils rajoutent: « tu dois avoir des critères hyper sélectifs! »

Ben non!

Non, non, non et re-non!

Je suis pas une difficile et je laisse même sa chance à certains que je trouve bof, juste parce que you never know!

Alors c’est quoi ne pas être difficile tu me diras?

Ben moi, tu vois, tant que le jeune homme il a des trucs intéressants à raconter et qu’il a de l’hygiène,  ça me va! (bon si en plus il fait genre 1,75 m et qu’il est blond c’est un atout, mais ça ne vient qu’au second plan).

Tu vois que c’est pas la mer à boire, hein, pour me plaire…

Et ben pourtant, crois-moi ou pas, mais je rame! A croire qu’un minimum cultivé et propre ça va pas ensemble (ou bien c’est casé…)

Alors non, je ne désespère pas (parce que je sais que c’est quand on s’y attend le moins et blablabla…), mais quand même…

Je crois que j’ai besoin d’un Yop…

yop.jpg

PS: Non, ceci n’est pas une petite annonce, je t’explique, c’est tout, viens pas t’imaginer n’importe quoi, n’est-ce pas…

Permalien 12 commentaires

Toute la neige tombe sur moi

mars 22, 2008 at 12:10 (Oups I did it again) (, , )

Figure-toi qu’en Belgique, à Bruxelles, le premier jour du printemps, il neige!

Oui.

Ben on est pas au pays du surréalisme pour rien hein, faut assumer…

Puis moi j’assume vachement, parce que oui, j’aurais pu prendre un taxi, mais non, j’ai continué à marcher.

Alors tu vois de la neige j’en avais plein la tronche et mes cheveux ressemblaient à des queues de rats morts ondulées et enneigées.

C’est alors qu’un abruti m’accoste:  » ‘scusez-moi M’dame, vous parlez français? « 

Alors déjà, on est à Bruxelles, donc la probabilité de tomber sur un francophone est quand même très grande, donc pourquoi tu poses une si bête question?

Bon. N’écoutant que mon bon coeur et pensant qu’il s’agit là d’un touriste égaré qui ne trouve pas la Grand’Place, je lui réponds:  » oui! « .

Ensuite, le con, il me toise et me lance: « vous êtes ravissante, très élégante »

Arrêt sur image: je déteste qu’on m’accoste en rue pour me sortir des âneries pareilles! non, vraiment, je ne supporte pas ça. Du mec qui te propose un café à celui qui ne te lâche plus les baskets et qui te raconte sa vie que tu t’en tamponnes éperdument. Alors si en plus il pleut comme vache qui pisse, t’as franchement pas envie de t’attarder pour écouter de telles inepties.

Bref, j’accélère et je me casse. Oh j’ai bien entendu ses « Mademoiselle » (c’est bizarre tout à l’heure c’était « Madame »…), mais c’est bon ou quoi, qu’on me laisse perdue dans mes pensées quand je déambule dans les rues enneigées! J’emmerde pas mon monde, moi!

rue.jpg

Permalien 5 commentaires

Cinéma, cinéma (de salle en salle et de film en film…)

mars 19, 2008 at 11:20 (Oups I did it again) (, , )

Ave lecteur,

Morituri te salutant.

Tu l’auras deviné (au sinon, permets-moi de te dire que tu n’es pas subtile), le post d’aujourd’hui est consacré aux salles sombres et obscures.

Vaste sujet n’est-ce pas…

Ainsi, en tant qu’héritiers des seventies, les représentants de notre pauvre génération Y (1976-1994) croient encore que le rencard au ciné, c’est une bonne idée…

Fatal error!

Laisse-moi te conter l’analyse comparative de deux rendez-vous foireux (of course):

  1. Les deux fois on m’a gentiment demandé de payer ma place;
  2. Les deux fois on n’a pas jugé nécessaire de (lourdement insisté pour ne pas) prendre un truc à boire, sans s’inquiéter de mon état de déshydratation;
  3. On m’a ri grassement dans les oreilles/On s’est endormi;
  4. Une fois sur deux on est allé boire un verre après mais la conversation ne fut franchement pas des plus intéressante;
  5. On n’avait pas suffisamment de sous pour payer le parking (donc j’ai dû allongé)/On m’a même pas raccompagnée (en même temps j’ai pas laissé la chance, mais re-en même temps, fallait la saisir…).

Alors ma question la voici, la voilà:

D’où c’est qu’elle est la magie du cinéma? hein? dis?

popcorn.jpg

Permalien 8 commentaires

A la pêche aux moules, moules, moules

mars 5, 2008 at 10:05 (Brin de causette) (, , )

Ce soir, j’ai un scoop pour toi, lecteur chéri!

Ouaip!

Un truc qui tue sa mère:

Les hommes parlent aussi de drague sur le net!

Comment ça c’est pas un scoop?

Non?

T’es sûr?

Bon ok, il suffit de jeter un coup d’oeil du côté de ma blogroll pour s’en rendre compte, mais je voulais piquer ta curiosité…

HéHé!

Ce soir, j’ai envie de jouer au Dr Love (et non pas à l’infâme Dr. Lô).

Regarde plutôt ce que j’ai trouvé ici:

« Je voudrais juste pousser un petit coup de gueule pour tous ceux qui nous bassinent avec le « mais de quoi avez vous peur, il ne faut pas fuir, il faut oser au pire vous vous prendrez un rateau et alors ça arrive à tout le monde ce n’est pas grave au moins serez fier d’avoir essayé… » etc…
 
Je voudrais juste dire que outre le fait que pour quelqu’un de timide c’est très difficile de prendre sur soi, il faut penser aussi aux CONSEQUENCES que ça peut avoir socialement. Quand vous avez déjà beaucoup de mal à vous intégrer, à vous faire accepter dans un groupe, etc., en rajouter en se ridiculisant avec ce type de démarche qui se solde par un échec cuisant 9 fois sur 10, c’est pire que tout et peut vous faire tomber, au contraire de ce que vous dites, beaucoup plus bas que vous n’êtes déjà dans votre estime de vous-même.
Sans compter que ça peut complètement fausser les relations avec une personne avec qui vous arriviez à peu près à bien vous entendre ainsi qu’avec ses proches…
 
Donc je pense que ce n’est pas qu’une question de « ne pas oser », je pense qu’il faut aussi faire la part de ce qu’on gagne et de ce que l’on perd… Un mec super bien dans sa peau, tchatcheur, charismatique, et qui a plein d’amis, pour lui ce ne sera pas grave… Mais quand vous êtes déjà en grande difficulté sociale, c’est autre chose. »

Bon, jeune(s) homme(s) timide(s), voici mes conseils:

  1. La première vraie bonne chose à faire, dans un cas comme celui-ci, ce serait de ne pas partir vaincu d’avance. Non, parce que ça, ça ne sert qu’à se torturer la tête et personne n’aime ça. Bref, opte pour la win attitude, c’est libérateur!
  2. Si t’es pas trop sûr de toi, ce que, je pense, je peux affirmer sans me tromper, essaie de séduire ta potentielle subtilement. La femme aime le subtil! Mais bon, pas trop subtil quand même, hein, on reste toutes un peu blondes, donc soit indulgent…
  3. Le truc vraiment over méga important c’est COM-MU-NI-QUER (seulement après tu pourras retirer le dernier tiret… ouhlà… excuse-moi, il est tard…). Oui, parce que messieurs, on ne peut pas dire que vous soyez des as de la communication (c’est pas pour rien que ce sont toujours des nanas qui sont chargées de com’ dans les boîtes!). Alors ça, ça veut dire que même si tu es timide, tu envoies quand même un petit texto/mail de temps en temps. Tu peux même donner un petit coup de tel, mais bon, si t’es un timide maladif, je sais que c’est pas évident. Mais bref, montre toi. Pas trop, mais montre toi, parce qu’entre les pas intéressés et les timides qui osent pas bouger le petit doigt, on sait pas trop sur quel pied danser, tu vois…
  4. Si la nana, après tout ça, est réceptive (ça se sent, hein, ça, viens pas poser de bêtes questions s’il-te-plaît), tu lui proposes un rancard pendant lequel tu uses (et abuses, j’ai envie de dire, mais en fait non, n’abuse jamais!):
  • du contact visuel et
  • de l’effleurage corporel.

Voilà, après si c’est pas dans la poche, change de potentielle, c’est une grognasse. Ceci dit, essaie pas de l’emmener dans ton pieu dès le premier soir, hein, toute gonz’ qui se respecte ET qui te respecte (mais oui!), prendra les jambes à son cou dès la première allusion. Te voilà prévenu!

fishing.jpg

Permalien 12 commentaires

Je suis toujours partant… c’est bien parti!

mars 3, 2008 at 9:57 (Et c'est parti pour le show) (, , )

Ce coup-ci,

Tu vas peut-être penser que j’extrapole.

Oui.

Peut-être.

Ceci dit, j’ai récolté une série d’éléments qui m’ont mis sur la voie de l’illumination qui suit.

De quoi je parle?

J’y viens, j’y viens,

Ne fais pas ton impatient cher lecteur!

Laisse-moi faire mon teasing à la con,

Vu que ce que j’ai à te dire est excessivement… cruchote…

Je te l’accorde.

Mais, je tiens à partager cette réflexion avec toi afin que tu te familiarises avec l’étendue de mon esprit logique…

~~~~~~

Tu sais qu’avec mes potentiels, je textote pas mal.

sms.jpg

Or, pendant ces échanges somme toute passionnés, j’ai pu constater une phrase récurrente du côté des mâles:

« Je suis toujours partant pour » au choix: un verre, un ciné, un resto, etc.

[Avec une petite préférence pour le resto, of course, ça va de soi, mais là n’est pas le sujet…]

Bref, d’après mes analyses poussées sur la question, quand tu proposes un truc et que ton potentiel te sort un « je suis toujours partant pour… »,

Je pense que tu es sur le bon chemin pour que le potentiel se mue en plus que potentiel…

Cette petite phrase anodine doit indubitablement faire partie de l’arsenal de chasse des Jolis!

~~~~~~

Je t’avais prévenu,

Pas de haute voltige intellectuelle dans ce post!

Je suis néanmoins persuadée que tu as ton opinion sur la question!

 

Permalien 7 commentaires

Next page »