Be obvious

avril 1, 2008 at 10:23 (Brin de causette) (, , , , )

Une petite étude à la con… dont, en tout cas, on se serait bien passé (y a vraiment des gens payés à rien faire…)

Voici, en gros, la découverte époustouflante effectuée à l’université d’Indiana:

Après avoir interrogé 300 étudiants des deux sexes, tout en leur montrant des photos sur les thèmes de l’amitié, du désir sexuel ou du refus, il s’est avéré que les hommes étaient plutôt aveugles aux signaux (body language) envoyés (subtilement) par les femmes.

En gros, ils auraient du mal à faire la différence entre amitié et attirance amoureuse.

Les chercheurs en ont donc conclu que nos chers mâles sont un peu perdus dans un monde de gestes subtiles qu’ils ne reconnaissent pas.

Alors les hommes, vous êtes d’accord? Incapables de reconnaître un regard de braise ou un frôlement fugace?

Ceci dit, mesdames, vous l’aurez compris: soyez obvious! pas de chichi, on va droit au but…

C’est pas pour autant qu’il faut faire sa Britney, hein!

On a dit obvious, pas outrageous…! la vulgarité n’a jamais séduit personne…!

A bon entendeur…

obviuos.jpg

Permalien 8 commentaires

Evidemment en pratique c’est autre chose

février 14, 2008 at 12:52 (Mais quelle cruche) (, , )

Cher lecteur, je suis sûre qu’en me lisant tu te dis : wouah ! elle assure un max cette nana elle doit pécho à donf

………………….

 

Eh bien

………………….

Tu te trompes

………………….

Je suis une cruchotte que tu n’en as même pas idée !

Nôôôôôôôôôôn ?

Siiiiiiiiiiii !

J’illustre mon propos :

Samedi je suis allée me balader dans le Parc du Cinquantenaire histoire de voir si ma théorie était opérationnelle (et accessoirement pour ne pas te raconter n’importe nawac). Bon, je dois aussi préciser que j’y suis aussi allée dimanche, dans le parc, mais, cher lecteur, je dois te prévenir, ne vas pas dans le parc le dimanche si tu veux séduire quelque chose – rapport : il n’y a que des couples !

Bref, donc, j’étais dans le parc. Occupée que j’étais à me trouver une bonne place, un gentil chien vient me dire bonjour (oui, je sais, ma vie est palpitante, mais attends, ne t’en va pas !). Du très coin de l’œil, je constate que ce chien a un propriétaire masculin, tout à fait à mon goût, assis juste sur le banc qui se trouve à côté de celui que j’ai repéré. 

cinquantenaire.jpg

Là tu te dis, elle lui a fait l’œillade de biche, le sourire et machin, puis elle lui a dit « Comme il est beau ce chien *guimauve*, *guimauve*, *guimauve* », « Comment s’appelle-t-il ? *re-guimauve*, *guimauve*, *guimauve* »

Tu parles, je l’ai snobbé comme une pétasse, trop pas à mon aise que j’étais

………………….

Oo°°oO°°Oo°°oO°°Oo°°oO

………………….

C’est grave docteur ?

En plus, quand il s’est levé pour aller jeter sa cigarette, qu’il est passé devant moi, comme pour le faire exprès, alors que mes pensées toutes entières me disaient : « regarde-le, regarde-le, regarde-le », je suis restée le nez dans mon magasine

Oo°°oO°°Oo°°oO°°Oo°°oO

Pathétique, isn’t it?

T’en as, toi, des looses du genre, ou suis-je réellement un cas désespéré?

Permalien 2 commentaires

L’allégorie de la discothèque

février 12, 2008 at 10:39 (Et c'est parti pour le show) (, , , , )

Draguer en boîte, c’est un peu le fast food de la séduction…

discowhitenight1.jpg

c’est pas très précis et c’est surtout très rapide. Pour ce faire, pas besoin d’être Casanovette : un regard (langoureux le regard !), un sourire, un frôlement des corps (oh yes !), re-un regard (histoire d’être bien sûr) et hop emballé c’est pesé, vous voilà avec un beau mâle qui vous bavotte dans la bouche…

Le seul problème avec les rencontres faites en boîtes, c’est que généralement elles se terminent soit à la sortie de ladite boîte pour celles qui font les sages, soit le lendemain matin/midi pour celles qui avaient vraiment envie de sexe.

Cependant, la technique utilisée est en réalité la même que celle à appliquer aux situations courantes… en slow motion et généralement avec le son

Je m’explique, la première chose des premières choses importantes quand vous voulez draguer, c’est le regard.

Ca paraît évident, là comme ça, mais il me semble quand même judicieux de le rappeler.

Dans la rue, dans le métro, dans le parc, dans une grande surface, chez le coiffeur, chez le médecin, au restaurant, dans un bar, bref, où que vous soyez, regardez les gens ! Oui, il va falloir arrêter de faire les pétasses, je sais, c’est terrible…

Rien ne sert cependant de fixer toute personne croisée. Ca met tout le monde mal à aise et c’est dès lors très fâcheux pour la dragueuse en action. Mais regardez ces messieurs, premièrement pour voir s’il est à votre goût, deuxièmement pour voir s’il vous regarde et troisièmement pour voir s’il vous sourit.

Si c’est le cas, c’est là qu’intervient l’œillade de biche.

J’en conviens, c’est la première phase périlleuse de l’exercice : soit l’œillade est réussie et on peut passer à la case suivante, soit l’œillade merdouille et a une tendance cruchotte, bardaffe, c’est l’embardée, n’espérez plus rien du beau mâle ténébreux…

La case suivante, c’est le sourire qui répond à l’œillade de biche susmentionnée (si le mec baisse les yeux et regarde ces chaussures, rien n’est perdu, mais on va faire simple, hein…).

Deux possibilités : le sourire poli-mais-je-passe-mon-chemin (peeeeeeerdu…) ou alors le sourire jackpot pepsodent qui dit « je vous emmènerais bien boire un verre mademoiselle ».

Le tout est d’ensuite enclencher la conversation, de trouver le bon moment pour lui effleurer le bras ou la main, de prendre un air grave et de l’embrasser à pleine bouche.

Le tout est d’ensuite enclencher la conversation, de trouver le bon moment pour lui effleurer le bras ou la main, de prendre un air grave et de l’embrasser à pleine bouche

C’est là que vous intervenez, d’après vous, quelle est la meilleure stratégie?

Permalien Un commentaire