Evidemment en pratique c’est autre chose

février 14, 2008 at 12:52 (Mais quelle cruche) (, , )

Cher lecteur, je suis sûre qu’en me lisant tu te dis : wouah ! elle assure un max cette nana elle doit pécho à donf

………………….

 

Eh bien

………………….

Tu te trompes

………………….

Je suis une cruchotte que tu n’en as même pas idée !

Nôôôôôôôôôôn ?

Siiiiiiiiiiii !

J’illustre mon propos :

Samedi je suis allée me balader dans le Parc du Cinquantenaire histoire de voir si ma théorie était opérationnelle (et accessoirement pour ne pas te raconter n’importe nawac). Bon, je dois aussi préciser que j’y suis aussi allée dimanche, dans le parc, mais, cher lecteur, je dois te prévenir, ne vas pas dans le parc le dimanche si tu veux séduire quelque chose – rapport : il n’y a que des couples !

Bref, donc, j’étais dans le parc. Occupée que j’étais à me trouver une bonne place, un gentil chien vient me dire bonjour (oui, je sais, ma vie est palpitante, mais attends, ne t’en va pas !). Du très coin de l’œil, je constate que ce chien a un propriétaire masculin, tout à fait à mon goût, assis juste sur le banc qui se trouve à côté de celui que j’ai repéré. 

cinquantenaire.jpg

Là tu te dis, elle lui a fait l’œillade de biche, le sourire et machin, puis elle lui a dit « Comme il est beau ce chien *guimauve*, *guimauve*, *guimauve* », « Comment s’appelle-t-il ? *re-guimauve*, *guimauve*, *guimauve* »

Tu parles, je l’ai snobbé comme une pétasse, trop pas à mon aise que j’étais

………………….

Oo°°oO°°Oo°°oO°°Oo°°oO

………………….

C’est grave docteur ?

En plus, quand il s’est levé pour aller jeter sa cigarette, qu’il est passé devant moi, comme pour le faire exprès, alors que mes pensées toutes entières me disaient : « regarde-le, regarde-le, regarde-le », je suis restée le nez dans mon magasine

Oo°°oO°°Oo°°oO°°Oo°°oO

Pathétique, isn’t it?

T’en as, toi, des looses du genre, ou suis-je réellement un cas désespéré?

Permalien 2 commentaires