Scènes de lit désespérément pas crédibles

avril 7, 2008 at 8:38 (Brin de causette) (, )

Bon, bon, bon.

J’ai un grave problème, un dilemme cornélien. Que dis-je, un conflit interne inextricable!

On n’est pas sorti, je te le dis.

Trois saisons que j’essaie de me raisonner, à me dire que c’est pas si grave, qu’ils vont bien finir par se rendre compte qu’ils ne sont pas crédibles et que même, ça en devient risible. Mais non, rien ne change et je te le dis, cher lecteur, je désespère!

Parce que, vois-tu, je suis très fan de Desperate Housewives.

Oui

En particulier de la première saison (les autres, ça tient plus du rituel du dimanche soir que d’une réelle appréciation critique), je me délecte de cet humour déjanté et rocambolesque, ces situations improbables et ces caricatures où, je pense, tout le monde se retrouve.

Là où je ne suis pas d’accord, mais alors là pas du tout, c’est par rapport aux parties de jambes en l’air. Et, plus particulièrement, la façon dont elles se terminent.

Je suis sûre que tu l’as déjà remarqué et que tu t’es dit que toi, ça t’arrivait pas d’être catapulté à l’autre bout du lit après l’orgasme. Et ben je vais te dire, moi non plus!

Je ne comprends pas pourquoi ils représentent le plaisir jouissif de cette façon. Ca fait un peu con, voire très con, voire carrément hors sujet.

Alors je veux bien qu’aux States, on est plutôt pudibond à tendance grenouille de bénitier (en même temps, ça dépend de qui on parle…). Mais ceci dit, ils auraient dû trouver autre chose. Quelque chose qui collerait un peu plus à la réalité, me semble-t-il…

 

La photo vient d’ici

Permalien 8 commentaires

Turn off the light

avril 3, 2008 at 6:08 (Et c'est parti pour le show) (, )

Tu laisses la lumière allumée, toi, quand tu explores les mondes engloutis fais des galipettes? ou tu préfères l’éteindre?

Ben je te pose la question car il y a peu, un bellâtre m’a dit qu’il pensait que je préférerais, comme toutes les nanas (dixit), rester dans l’obscurité.

Or, tu vois, moi je m’en fous un peu si il fait jour ou nuit, si il y a de la lampe ou pas, ou encore si l’ambiance est au stroboscope ou à la boule à paillettes…

C’est pas vraiment ce à quoi je pense…

Ceci dit, après sa réflexion, je me suis quand même demandé si, effectivement, beaucoup de nanas préfèrent les étreintes dans le noir.

Bon, je sais qu’il y a les complexées (et je respecte, hein, j’ai pas dit le contraire!), mais quand même, dans le noir, selon une logique imparable: on voit rien!

Et les hommes alors? qu’est-ce qu’ils préfèrent? lumière, pas lumière?

Moi, perso, je dois t’avouer qu’à y réfléchir, je suis pour un filet de lumière! une bonne petite ambiance tamisée et si il y a quelques bougies dans les parages, c’est pas pour me déplaire…

light.jpg

Permalien 16 commentaires

Au printemps, les ladies s’émoustillent…

mars 21, 2008 at 4:25 (Uncategorized) (, )

En ce premier jour de printemps,

Alors que la Belgique vient (enfin!) de se doter d’un gouvernement,

Les femmes se lâchent et parlent sexe sur Ladies Room

lr.jpg

Magnifique photo: .W.

Matte un peu l’édito:

A la fin de la semaine, nous fêterons le Printemps et nous allons enfin pouvoir sortir de ce long et vigoureux hiver triste et monotone qui rendait nos relations amoureuses et notre libido aussi froides qu’un iceberg du pôle Nord !

Donc chères célibataires et couples en hibernation, nous sommes heureux de vous annoncer que cette période est sur le point de s’achever.
Préparez-vous à voir le thermomètre monter en température. Les jupettes vont fleurir aux terrasses des cafés, les teints blafards se hâler, les joues s’empourprer et les décolletés se déboutonner.

Les roucoulements des pintades vont se faire entendre et les ours en rut vont sortir de leurs grottes !
Alors pour fêter le premier jour du printemps, instaurons la journée «spécial sexe» !
On attend que vous postiez vos confessions intimes en cochant la case à la fin « Je propose cet article à la rédaction pour la Journée sexe» et vos secrets seront dévoilés vendredi !

Alors, comme il fait dégueu dehors, va donc y faire un tour, histoire de lire les réflexions éclairées sur le sujet de tout ce que le net francophone féminin compte en furies pleines d’ardeur… et de talent!

Permalien 5 commentaires

L’allégorie de la discothèque

février 12, 2008 at 10:39 (Et c'est parti pour le show) (, , , , )

Draguer en boîte, c’est un peu le fast food de la séduction…

discowhitenight1.jpg

c’est pas très précis et c’est surtout très rapide. Pour ce faire, pas besoin d’être Casanovette : un regard (langoureux le regard !), un sourire, un frôlement des corps (oh yes !), re-un regard (histoire d’être bien sûr) et hop emballé c’est pesé, vous voilà avec un beau mâle qui vous bavotte dans la bouche…

Le seul problème avec les rencontres faites en boîtes, c’est que généralement elles se terminent soit à la sortie de ladite boîte pour celles qui font les sages, soit le lendemain matin/midi pour celles qui avaient vraiment envie de sexe.

Cependant, la technique utilisée est en réalité la même que celle à appliquer aux situations courantes… en slow motion et généralement avec le son

Je m’explique, la première chose des premières choses importantes quand vous voulez draguer, c’est le regard.

Ca paraît évident, là comme ça, mais il me semble quand même judicieux de le rappeler.

Dans la rue, dans le métro, dans le parc, dans une grande surface, chez le coiffeur, chez le médecin, au restaurant, dans un bar, bref, où que vous soyez, regardez les gens ! Oui, il va falloir arrêter de faire les pétasses, je sais, c’est terrible…

Rien ne sert cependant de fixer toute personne croisée. Ca met tout le monde mal à aise et c’est dès lors très fâcheux pour la dragueuse en action. Mais regardez ces messieurs, premièrement pour voir s’il est à votre goût, deuxièmement pour voir s’il vous regarde et troisièmement pour voir s’il vous sourit.

Si c’est le cas, c’est là qu’intervient l’œillade de biche.

J’en conviens, c’est la première phase périlleuse de l’exercice : soit l’œillade est réussie et on peut passer à la case suivante, soit l’œillade merdouille et a une tendance cruchotte, bardaffe, c’est l’embardée, n’espérez plus rien du beau mâle ténébreux…

La case suivante, c’est le sourire qui répond à l’œillade de biche susmentionnée (si le mec baisse les yeux et regarde ces chaussures, rien n’est perdu, mais on va faire simple, hein…).

Deux possibilités : le sourire poli-mais-je-passe-mon-chemin (peeeeeeerdu…) ou alors le sourire jackpot pepsodent qui dit « je vous emmènerais bien boire un verre mademoiselle ».

Le tout est d’ensuite enclencher la conversation, de trouver le bon moment pour lui effleurer le bras ou la main, de prendre un air grave et de l’embrasser à pleine bouche.

Le tout est d’ensuite enclencher la conversation, de trouver le bon moment pour lui effleurer le bras ou la main, de prendre un air grave et de l’embrasser à pleine bouche

C’est là que vous intervenez, d’après vous, quelle est la meilleure stratégie?

Permalien Un commentaire